top of page

Je suis autiste, mais aussi une adulte.

Dernière mise à jour : 23 juil. 2022


J'avais envie de parler d'un sujet qui se doit d'être beaucoup plus abordé selon moi : l'infantilisation de la personne autiste.





Je suis autiste, mais aussi une adulte.


Tu n’as pas à utiliser une voix plus douce pour me parler.

Tu n’as pas à me parler plus lentement.

Tu n’as pas à devoir parler plus fort ou répéter d’une façon plus simple si je ne comprends pas du premier coup.

Tu n’as pas besoin d’utiliser un vocabulaire plus simple.

Tu n’as pas à parler pour moi. Tu n’as pas à prendre de décision à ma place. Tu n’as pas à me surprotéger.

Tu ne dois pas me désexualiser.


Je suis une adulte à part entière.


Ne m’infantilise pas.


Ce n’est pas parce que j’ai des difficultés dans certaines sphères de ma vie, que j’ai des besoins différents, ou besoin de soutien à certains égards ou que je pense, que je perçois ou ressens les choses différemment que tu dois me traiter autrement que tu le ferais avec une personne adulte neurotypique. Plusieurs personnes ont tendance à traiter les personnes autistes comme des enfants. La plupart du temps, c'est inconscient. Même si la personne qui infantilise n'est pas forcément mal intentionnée, le résultat est le même.


C'est surtout dû au fait des nombreux préjugés et stéréotypes à l'égard des personnes autistes, par exemple qu'elles ne sont pas autonomes, qu'elles ont forcément une déficience intellectuelle, qu'elles ne comprennent pas les choses complexes, etc.


Infantiliser une personne autiste, c'est validiste et psychophobe.


C'est frustrant, blessant et irrespectueux. En plus de contribuer à la stigmatisation des personnes autistes.

Les personnes autistes adultes ont droit d'être traitées comme des adultes, malgré leurs difficultés et les défis quotidiens qu'elles peuvent vivre.

bottom of page