Le « masking » : le camouflage social chez la personne autiste

Dernière mise à jour : 3 août


Le camouflage social, c'est quoi?


Le camouflage social, aussi appelé masking, est une stratégie de « survie sociale » utilisée par les personnes autistes afin de naviguer dans le monde neurotypique. Il s'agit d'un ensemble de comportements, d'attitudes et de pratiques qui consistent à camoufler des traits considérés atypiques pour paraître d'une personne dite normale, ou neurotypique. Selon les récentes études, les femmes autistes seraient beaucoup plus enclines à utiliser cette stratégie.


L'usage du camouflage social peut provoquer un décalage entre l'image projetée et la manière dont se perçoit la personne autiste, et qui elle est fondamentalement. Il arrive souvent que cette stratégie soit utilisée de façon inconsciente, surtout lorsque la personne autiste n'est pas consciente de sa condition.


La fréquence de l'utilisation du camouflage social peut varier d'une personne autiste à une autre. Certaines peuvent le pratiquer quotidiennement, et même avec leurs proches, alors que d'autres peuvent le pratiquer seulement à l'occasion.


La personne autiste peut utiliser le camouflage social pour différentes raisons. La plupart du temps, il s'agit d'une stratégie pour se protéger, notamment pour éviter la stigmatisation, l'exclusion ou l'intimidation. Le masking peut aussi être utilisé par la personne autiste pour bâtir des relations avec les autres (par exemple, se faire des amis), développer un sentiment d'appartenance à la société et réussir dans sa vie professionnelle ou autres sphères de sa vie.


Quelques exemples

  • Maintenir, voire forcer un contact visuel durant une conversation.

  • Imiter une posture, des expressions faciales (par exemple, un sourire) ou des gestes de son interlocuteur.

  • Décoder les non-dits, l'utilisation du second degré ou les codes sociaux.

  • Masquer ses inconforts liés aux stimuli environnants.

  • Démontrer un intérêt pour la conversation avec son interlocuteur.

  • Cacher ou modérer ses intérêts spécifiques.

Un masque qui épuise...


Porter ce masque n'est pas sans risque pour la santé des personnes autistes. Imaginez, par exemple, jouer un rôle d'être dans la peau de quelqu'un d'autre au quotidien. Vous devriez sans cesse penser à tous les comportements, les attitudes et les pensées qu'aurait normalement cette personne afin de bien jouer votre rôle. Et bien, c'est ce que vit la personne autiste chaque fois qu'elle porte son masque de « normalité ».


En plus de pouvoir contribuer à l'épuisement physique ou émotionnel, le camouflage social peut aussi engendrer chez la personne autiste :

  • de l'anxiété

  • la dépression

  • un burnout autistique

  • une confusion ou une perte de son identité

  • une détresse psychologique, des idées suicidaires

Le camouflage social peut considérablement retarder le diagnostic chez la personne autiste puisque ses traits autistiques sont dissimulés. Dans certains cas, le diagnostic sera tout simplement absent, et la personne n'aura pas conscience de la source de ses difficultés ou de ses souffrances. Ce qui fut en fait mon cas jusqu'à mes 33 ans.